LA PHÉNOLOGIE À L'ESA 2020

0
5

Le personnel et les partenaires du réseau national de phénologie des États-Unis assisteront à la réunion virtuelle de l'Ecological Society of America du 3 au 6 août 2020.

Retrouvez-nous aux sessions suivantes:

SYMP 4: Phénologie autochtone: nouvelles mentalités pour travailler entre les visions du monde (17264)

Alyssa H. Rosemartin1,2, Valérie Small3,4, Katie Jones5,6, (1) Bureau national de coordination, USA National Phenology Network, Tucson, AZ, (2) École des ressources naturelles et de l'environnement, Université de l'Arizona, Tucson, AZ, (3) Tribu Apsáalooke (Crow), (4) Arbres, L'eau et les gens, Ft. Collins, CO, (5) National Ecological Observatory Network, Boulder, CO, (6) Nation Pikuni (Blackfeet)

En tant que science holistique, la phénologie fournit un cadre pour non seulement explorer les liens entre le climat et les phénomènes, mais offre également une occasion d'explorer les liens entre les visions du monde. Ici, nous partageons une vision, développée dans le Réseau de Phénologie Indigène, racontée à travers les voix des débutants et des universitaires établis, des relations entre les communautés humaines et non humaines et l'imbrication des modes de savoir autochtones et occidentaux. Cette vision centre nos responsabilités et met en évidence les opportunités de collaborer équitablement tout en respectant la diversité. La résilience autochtone comprend la restauration de la langue, la souveraineté alimentaire et le transfert de connaissances intergénérationnel qui se déroule de concert, ce qui incarne des perspectives holistiques uniques aux communautés locales. Dans ce symposium, nous explorons chacun de ces sujets à travers le prisme des plantes ou des animaux liés à nos communautés. Grâce à un engagement approprié, les écologistes peuvent trouver des intérêts communs et faire de la science qui soutient la résilience autochtone. En mettant l'accent sur l'observation rapprochée, la reconnaissance des formes et les cycles saisonniers, la phénologie en tant que domaine d'étude est un terrain riche pour les écologistes formés en Occident pour commencer à s'engager avec les communautés et les connaissances autochtones. Cette session offre au public un périmètre d'initiatives et d'approches dans ce travail pour un impact collectif pour tous.

Questions et réponses: Jeudi 6 août, de 12 h 30 à 13 h 00 HAE


SIN 17: Le Big Data révèle les changements saisonniers: l'innovation dans l'intégration et l'analyse de grands ensembles de données phénologiques

Katharine L. Gerst1, Katie Jones2, (1) Bureau national de coordination, USA National Phenology Network, Tucson, AZ, (2) Nation Pikuni (Blackfeet)

Les changements de phénologie en réponse aux changements climatiques entraînent des conséquences écologiques bien documentées pour les communautés végétales, animales et humaines. Jusqu'à récemment, les études reposaient sur des données limitées à des sites, des espèces, des délais ou des méthodes d'échantillonnage limités. Cette session mettra en évidence les efforts nouveaux et innovants pour intégrer les données à travers les échelles et les plates-formes et pour analyser de grands ensembles de données complexes (par exemple, USA National Phenology Network, NEON, Phenocam et MODIS). Cette discussion sur la «révolution» des données phénologiques ouvertes sera éclairée par des travaux qui examinent la collecte responsable des données et la souveraineté des données. Les présentations comprendront des instantanés de projets qui rassemblent des ensembles de données d'observation et des données de télédétection, numérisent et notent les informations phénologiques des herbiers, utilisent l'ontologie de la phénologie végétale pour intégrer des données à travers le monde, et utilisent des outils et des ressources de mégadonnées pour traiter à la fois local et à grande échelle. questions d'échelle. Les présentateurs partageront leur vision d'un futur de la recherche phénologique qui implique la visualisation et l'intégration d'informations phénologiques dans de grands ensembles de données pour créer des prévisions à court et à long terme et des outils pour éclairer la prise de décision et l'adaptation au climat.

Questions et réponses: Jeudi 6 août, de 15 h 00 à 15 h 30 HAE


Retrouvez-nous aux présentations suivantes:

Affiche: Les dix prochains au NPN: Construire un réseau équitable et inclusif

Alyssa H. Rosemartin1, Sara Schaffer1, Sehdia Mansaray2, Ellen G. Denny1, Theresa M. Crimmins1 et LoriAnne Barnett1, (1) Bureau national de coordination, USA National Phenology Network, Tucson, AZ, (2) University of Arizona

Contexte / Question / Méthodes

L'USA-NPN a réussi à mobiliser un large éventail de publics de gestion des ressources, d'éducation et d'universitaires au cours des dix premières années de notre développement. Ces dernières années, cependant, nous nous sommes rendu compte que si nous ne travaillons pas activement pour représenter et inclure tous les groupes démographiques aux États-Unis, nous continuerons à offrir des avantages principalement à des publics plus blancs, plus éduqués et plus riches que les États-Unis en tant que entier. Nous avons pris un engagement formel envers la diversité, l'inclusion et l'équité dans nos actions, le développement de partenariats, ainsi que dans notre équipe. En tant que personnel, nous avons identifié les valeurs fondamentales d'inclusion, de dévouement et d'innovation. De plus, nous avons explicitement intégré ces engagements dans nos objectifs dans une mise à jour de notre plan stratégique quinquennal.

Résultats / Conclusions

Notre objectif principal avec ce nouvel engagement en interne est de nous concentrer sur la croissance et le développement du personnel, d'évaluer les pratiques organisationnelles, y compris les normes de bureau et d'embauche. À l'extérieur, nous construisons des relations, rencontrons de nouveaux publics dans leurs espaces et assistons à des réunions pour écouter et apprendre. Nous collaborons également avec des organisations partageant les mêmes idées pour faire progresser la diversité, l'équité et l'inclusion dans les domaines dans lesquels nous opérons, notamment la science citoyenne, l'écologie et les ressources naturelles. Nous travaillons depuis plusieurs années pour apprendre à travailler de manière appropriée avec les communautés autochtones, notamment en se conformant à un cadre de respect, de relation, de réciprocité et de souveraineté des données. Lors de cette réunion et dans d'autres forums, nous espérons soutenir les voix autochtones dans le partage d'approches puissantes comprenant la phénologie et l'adaptation au changement climatique. Nous avons constaté que la simple question «Qui en profite?» peut être transformateur. Nous savons que nous avons un long chemin à parcourir et espérons entreprendre ce voyage en collaboration avec la communauté écologique.


Présentation: Coproduction des connaissances et science de la décision pour réduire le risque phytosanitaire

Alyssa H. Rosemartin1Et Audrey Barker-Plotkin2, Carrie Jean Brown-Lima3, Theresa M. Crimmins1, Chris Donnelly4, Robert T. Fahey5, Joseph Elkington6, Karen Jenni7, Nicole Keleher8, James G. Mickley9, Toni Lyn Morellidix, Michael Parisio11, Valérie Pasquarella12, Nancy Putnam13, Brendan Quirion14, Joshua Rapp15, Nathan W. Siegert16, R. Talbot Trotter III17, Aaron S. Weed18 et Steve Wood13, (1) National Coordinating Office, USA National Phenology Network, Tucson, AZ, (2) Harvard Forest, (3) New York Invasive Species Research Institute, Cornell University, Ithaca, NY, (4) Department of Energy and Environmental Protection, État du Connecticut, (5) Ressources naturelles et environnement, Université du Connecticut, Storrs, CT, (6) Université du Massachusetts, (7) US Geological Survey, (8) Programme de santé des forêts, État du Massachusetts, (9) Écologie Et biologie évolutive, Université du Connecticut, Storrs, CT, (10) États-Unis Geological Survey, Northeast Climate Adaptation Science Center, Amherst, MA, (11) Maine Forest Service, (12) Biological Sciences, Wellesley College, Wellesley, MA, (13) Conservation and Recreation, État du Massachusetts, (14) Cornell University, (15) Massachusetts Audubon, (16) State & Private Forestry, Forest Health Protection, USDA Forest Service, Durham, NH, (17) Northern Research Station, USDA Forest Service, Hamden, CT, (18) Northeast Temperate Inventory and Monitoring Network , Service des parcs nationaux, Woodstock, VT

Contexte / Question / Méthodes

La gestion des espèces envahissantes, que ce soit pour préserver les paysages naturels pour les générations futures ou pour conserver la productivité des services écosystémiques, fait face à de nombreux défis, notamment des options exploitables limitées, des résultats incertains, des voies et interactions complexes et un climat changeant. Les gestionnaires des terres confrontés au risque phytosanitaire ont des objectifs multiples, parfois concurrents, tels que la réduction des pertes économiques, la protection de la santé humaine et des valeurs culturelles, le maintien de l'habitat faunique et la maximisation de la qualité de l'eau ainsi que le stockage et la séquestration du carbone. Il est essentiel de rendre explicites les risques pesant sur de multiples actifs sociétaux dans la prise de décision et de peser les conséquences des actions de prévention et d'atténuation des épidémies de ravageurs dans le contexte des objectifs sociétaux et environnementaux.

Pour répondre à ce besoin, nous appliquons et testons une approche de coproduction de connaissances. Nous avons créé un groupe de travail composé de gestionnaires et de chercheurs, ainsi que de personnes expérimentées dans le travail interdisciplinaire à l'interface de la science et de la pratique, représentant des agences d'État, la vulgarisation forestière et entomologique, la foresterie urbaine et le monde universitaire, ainsi que le US Geological Survey, les États-Unis. Service des forêts et Service des parcs nationaux. Grâce à un atelier animé de deux jours et à une série de vidéoconférences, nous avons acquis une compréhension commune du contexte de gestion et des résultats souhaités de nos efforts.

Résultats / Conclusions

Nous utilisons un ensemble d'indicateurs de coproduction réussie de la science du climat pour évaluer l'effort. Une enquête à la suite de l'atelier de deux jours a révélé des résultats de processus très positifs et un enthousiasme pour les résultats perçus, tempérés par un manque de clarté sur la forme exacte que ces résultats prendraient. En réponse, nous avons clarifié les extrants et les résultats du projet éclairés par une discussion de groupe et un vote en ligne. Nous avons convenu de développer des directives de gestion multi-parasites qui contextualisent les risques pour les actifs de la société et les compromis entre les choix d'atténuation dans un cadre de prise de décision structurée. L'exhaustivité des considérations dans le cadre de prise de décision structurée empêche les collaborateurs de limiter leur point de vue (p. Ex., Ne penser qu'aux dangers ou à la fourniture d'informations prévisionnelles). Dans cette présentation, nous partagerons les leçons apprises sur la coproduction pour le risque phytosanitaire, ainsi que les conseils de gestion des ravageurs que nous développons, qui fournissent une structure pour aborder le risque phytosanitaire, avec des exemples illustratifs de couples ravageurs-hôtes clés.


Présentation: Regarder l'herbe pousser: des observations volontaires de la phénologie font progresser la science et la prise de décision

Katharine L. Gerst, Theresa M. Crimmins, Erin E. Posthumus et Alyssa H. Rosemartin, Bureau national de coordination, USA National Phenology Network, Tucson, AZ

Contexte / Question / Méthodes

Les archives phénologiques collectées par des volontaires ont permis le développement d'outils et de ressources qui profitent à la conservation et à la gestion des ressources naturelles. L’observation de l’activité saisonnière des plantes et des animaux est devenue un moyen essentiel pour les volontaires de contribuer à la compréhension scientifique des réponses des espèces au changement climatique et à la variabilité de l’environnement. Le domaine de la phénologie a fait des progrès substantiels pour identifier les moteurs et les modèles de changements dans les transitions saisonnières au cours de la dernière décennie, en grande partie grâce aux contributions de scientifiques citoyens. Le USA National Phenology Network (USA-NPN; www.usanpn.org) a été créé pour servir la science et la société en promouvant une large compréhension de la phénologie végétale et animale et les relations entre les modèles phénologiques, le climat et les changements environnementaux. Données collectées par des scientifiques citoyens et professionnels via Cahier de la nature – un programme d'observation phénologique multi-taxons à l'échelle nationale – sert les objectifs stratégiques des USA-NPN pour faire avancer la science et éclairer les décisions. Depuis 2009, plus de 17000 Cahier de la nature les participants ont contribué à la base de données nationale sur la phénologie pour plus de 20 millions d'enregistrements d'observation de plantes et d'animaux aux États-Unis. Ces données phénologiques et les produits qui en résultent sont utilisés dans un nombre croissant d'applications pour la science, la conservation et la gestion des ressources, y compris plus de 80 publications évaluées par des pairs à ce jour.

Résultats / Conclusions

USA-NPN invite les chercheurs, les éducateurs et les partenaires à participer à Cahier de la nature, explorer ces données et outils et collaborer avec le réseau pour répondre à un large éventail de questions scientifiques et de besoins de gestion. Ici, nous partageons comment les données collectées par Cahier de la nature les observateurs ont conduit à des avancées scientifiques et le développement d'outils répondant aux besoins des parties prenantes. Nous décrirons deux études de cas qui démontrent l'impact de ce programme sur les publics et les applications. Tout d'abord, nous expliquons comment Cahier de la nature les données sont utilisées pour comprendre les facteurs et les modèles de phénologie des espèces envahissantes, et comment ces données sont utilisées pour valider et améliorer les modèles prédictifs afin d'optimiser le contrôle et le traitement. Deuxièmement, nous montrons comment les données sur le feuillage des arbres à feuilles caduques à travers le pays permettent d'évaluer les modèles existants du début du printemps et de générer de nouveaux modèles prédictifs qui peuvent informer la dynamique de la saison de croissance. Ces exemples reflètent des campagnes où des scientifiques ont travaillé aux côtés du personnel de USA-NPN sur la sensibilisation et la communication pour motiver les observations sur les taxons hautement prioritaires. Les observateurs reçoivent à leur tour des informations détaillées sur ce que montrent leurs données et comment elles sont utilisées via des newsletters et des webinaires.

Voir toutes les présentations liées à la phénologie.